Corne de Brume
Partager sur

Corne de Brume

MRC de Matawinie

Discipline(s) :
- Musique
- Arts numériques
- Multidisciplinaire

Contrairement à celui-ci de la vue, le domaine de l’audible nous permet la construction de paradigmes communs. Nous pouvons ériger des barrières pour ne plus nous voir mais nous ne pouvons que très difficilement le faire pour ne plus nous entendre. Par l’étude de nos histoires et de nos sensibilités acoustiques, je cherche ainsi à mettre en avant une poésie du monde audible dans le but d’améliorer notre rapport au monde du vivant. Certains scientifiques affirment que nous connaissons aujourd’hui une crise écologique qui a comme origine l’activité humaine. Cette période géologique a comme nom : l’Anthropocène. Sensible à ce sujet, je tiens à promouvoir une « écologie sonore ». Tel que le pensait M.Schafer « Il y a pollution sonore quand l’homme n’écoute plus, car il a appris à ignorer le bruit. La lutte contre cette pollution consiste aujourd’hui à chercher à en diminuer l’intensité. C’est là une approche négative». Il suggérait alors de réfléchir aux sons que nous voulons conserver. Depuis la révolution industrielle, les différentes innovations humaines (machines industrielles, véhicules, etc) ont changé le paysage sonore tel qu'il existait. De par leurs puissances, elles sont venues créer un masque sonore qui détériore notre rapport aux détails. S'ensuit alors une lutte pour des « niches » acoustiques qui affectent autant les humains que les animaux. Ainsi, des études montrent la capacité qu’ont certaines espèces citadines d’oiseaux à adapter leurs chants pour conserver une méthode de communication efficace. D'autres expliquent également l’impact néfaste des bruits de moteurs de bateaux sur la communication de certaines espèces aquatiques comme les baleines. Il est aussi connu qu’un bruit environnemental trop élevé augmente le risque d’accidents cardiovasculaires chez les humains. L’écologie sonore est donc un sujet important. Il touche à différentes disciplines complémentaires: la science, les médias et l’art. La science permet une compréhension des enjeux et soulève des problématiques (de conservation ou de santé). Les médias (baladodiffusion, médias sociaux, etc...) permettent la mise à nu des enjeux soulevés par la science. Enfin, l’art permet la mise en place d’un imaginaire collectif suscitant une amélioration de notre environnement. Voir le site Web
https://www.calq.gouv.qc.ca/ https://www.mcc.gouv.qc.ca/

Soyez les premiers à être informés sur la culture lanaudoise;
adhérez à notre infolettre!

Nous suivre sur Facebook